11 octobre 2004

Vers La Rivière-Saint-Louis

Du front de mer, montée directe par la rue Auguste Babet, puis traversée de la RN3 et la rue Youri Gagarine, puis la rue Jules Herman, au stop de la Ligne Paradis, je tourne à gauche. Je monte vers la chambre d'agriculture, la Saphir, et je redescends sur la ligne Paradis et je file jusqu'à Bois d'Olives.
Vers le Ouaki
A la petite chapelle, je tourne à gauche pour descendre vers Pierrefonds, mais en bas, je tourne à droite vers la route de l'Entre-Deux. Je passe les trois cheminées, le pas de tir des Archers de Saint-Pierre, avec leurs belles cibles de paille, des enfants sont présents et semblent sortir du matériel (ils profitent des vacances !), et j'arrive sur le pont métallique, dont, comme je l'ai dit déjà hier, les joints ont été refaits !
Les tas d'ordures ont disparu...
Je tourne à gauche vers le radier, la ligne droite a été débarrassée des détritus amoncelés sur les bas-côté, un talus a été fait le long de la route, peut-être pour décourager d'y abandonner les ordures. Je ne me souviens pas avoir vu la carcasse d'auto brûlée vue lors de mon dernier passage près du radier. Aujourd'hui le radier est à sec, alors qu'il y avait de l'eau hier matin... Seuls quelques bassins sont encore remplis. Juste en bas du rempart, une petite pause pour admirer plusieurs nids installés sur des surplombs.  Maintenant, c'est l'ascension du rempart vers la Rivière-Saint-Louis, avec le passage obligé devant un premier "p'ti bondieu" dans une zone resserrée.
Les plaques commémoratives sur le canal des Aloès, vous les avez vues ?
Dans un virage, à gauche, on aperçoit les piliers en béton de l'ancienne canalisation des Aloès, accrochée à la falaise.  A vélo, on peut lire l'inscription sur les deux plaques gravées dans le béton, à mi-hauteur : sur la plaque de gauche "Compagnie foncière Maurice-Réunion - 1922" (vous apprécierez le fait que la Réunion soit citée après Maurice !), et sur l'autre, à droite " Conducteur des Travaux Romain Fontaine". La végétation a été bien dégagée et maintenant, les deux plaques sont visibles, enfin, à pied ou à vélo, car en auto, c'est autre chose, les conducteurs ont d'abord à se soucier de bien négocier tous les virages ...J'arrive au chemin du Ouaki, en descente, mais que de bosses, comme le chemin Boissy, il secoue les poignets ... Une petite remontée vers la RN5, à gauche, puis au rond-point, à droite, dans le chemin la Ouette, le lycée, à droite.
Le salon Expo Bois
A gauche, un grand terrain dégagé, un parking, et au-delà, une mer de tentes, c'est le nouvel emplacement du salon EXPO BOIS, qui n'est plus dans l'ancien séchoir à tabac, relique des temps héroïques où le tabac était planté dans le Sud. C'est maintenant la descente vers le radier de la ravine de la Ouette, la remontée.
Plateau Goyaves
A gauche au chemin Larée pour aller vers Plateau Goyaves, mais le sens interdit oblige à bifurquer à droite, pour longer la ravine Goyave, et revenir vers la gauche pour arriver à la grande surface, et remonter le long du collège de Plateau des Goyaves et refaire le trajet inverse... car la vision n'est pas du tout la même !
Au Salon Expo Bois, davantage d'autos sur le parking. C'est ensuite la remontée du chemin du Ouaki, le toboggan des rampes vers le fond du bras de Cilaos.
Exposition de coupes aux "Archers de Saint-Pierre"
Au pas de tir des "Archers de St-Pierre", c'est l'effervescence : des enfants et des adultes, on dirait que tous les pièces ont été vidées à l'extérieur ... c'est le grand nettoyage de printemps ? Sur une longue table, en première ligne, une belle collection de coupes resplendit au soleil ! Remontée des rampes de Bois d'Olives, la petite chapelle en haut, à gauche, et c'est la ligne Paradis, la rue Piot, où une auditrice de Freedom vient de remporter le "freedomillion" ce matin ...dont le montant est encore donné en francs, c'est un comble !
La ligne Paradis, une succession de bosses !
Passage devant le foyer Albert Barbot, à droite, le radier de la ravine des Cabris, le chemin Palma, le chemin de la Vallée, le Mac d'Olives, à gauche, le montée vers le chemin Emmanuel Hoarau, Frédeline, le chemin Diagonal, la montée vers l'église de Ligne Paradis, et ses bouches d'égouts renfoncées (les couches de bitume m'amoncellent, mais on ne les remonte pas !), la station-service  - sympa, la C2 qui me double et tourne aussitôt à droite vers la zone industrielle en pilant au ras de mon guidon. La rue Babet étant en sens interdit en bas, je redescends par la rue Victor Le Vigoureux, sans m'arrêter à la boulangerie Manciet, malheureusement fermée le lundi...


Posté par chiku974 à 13:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Vers La Rivière-Saint-Louis

Nouveau commentaire