10 octobre 2004

Opérations routes bleues ...

Un petit tour sur le bord de la plage, il y a maintenant trois rangées de fascines de bois de goyavier après la bande de sable, en gradins, cela prend tournure ... Aucune voiture ne suit la signalisation peinte au sol, en effet, il faut dépasser la sortie pour avoir l'entrée, ce qui sera l'occasion sans doute de collisions ou au moins de ralentissements.
Vers le pont sur le bras de la Plaine
Je monte en face par la rue Isautier jusqu'à la rue Marius et Ary Leblond que j'emprunte jusqu'à la rue Auguste Babet, nous sans avoir fait le détour rue Victor Le Vigoureux par la boulangerie Manciet. Montée sur Basse-Terre par la rue Auguste Babet, puis je traverse la RN3 pour suivre la rue Youri Gagarine, le chemin de la Salette, l'allée des diamants, la rue Carou. Au stop, je tourne à gauche pour prendre la Ligne Paradis vers l'ouest. Après la ravine Blanche, je tourne à droite pour monter le chemin Diagonal. Les deux bannières d'un marchand de voitures d'occasion qui flottaient au vent à mon dernier passage ont disparu, les autos également ! Un peu plus haut, toujours à droite, une tranchée avait été creusée depuis un bon moment : une semelle de béton a été posée, quelques ferrailles dépassent, prémices de la construction d'un mur ... Il n'y aura bientôt plus de cannes dans le secteur ! Après le radier du bras de Douane, à gauche, les roses de bois sèchent.  Je continue par le chemin Paul Legros, la Ligne Cambrai et le chemin Moulin à Café. Au sens interdit, à droite, le chemin a été bitumé récemment, mais le revêtement ne colle plus aux roues, et le marquage au sol a été réalisé.  Je passe la vieille cheminée au-dessus du Moulin et je tourne à gauche au chemin Recherchant (la Ligne des Bambous). Je tourne peu après à droite au chemin Lenormand. Tout autour du radier de la ravine des Trois Mares, les champs ont été retournés, en amont. En aval, les cannes coupées laissent maintenant apercevoir la cheminée de l'ancienne usine sucrière de Mahavel, près de l'usine hydroélectrique. La vieille auto à droite, une épave depuis plusieurs mois, et brûlée récemment, est toujours fidèle au poste.
Je descends le chemin Maurice Thorez vers le pont sur le bras de la Plaine. Dans le dernier virage avant le pont, en face, un homme enlève les feuilles sèches des bananiers à la serpette. La borne à l'entrée du pont, rappelant sa date d'inauguration, a été tagguée. Un groupe de plusieurs cyclistes me croise sur le pont. Je vais voir beaucoup de vélos ce matin ! Est-ce en raison des vacances scolaires qui débutent ou de l'opération "routes bleues" ?
Les deux remparts
Un arrêt sur le pont : comme le dit Pierre Rivals dans son livre "Histoire géologique de la Réunion", on voit bien que les deux remparts du bras de la Plaine ne sont pas de la même origine. Le rempart de la rive gauche, vers la Ravine des Cabris, semble taillé en escalier, avec des couches de laves successives.
Le rempart de la rive droite, sur la pointe de l'Entre-Deux fait apparaître une coulée de boue, avec une multitude de petits galets incrustés. D'ailleurs le point d'appui du pont de ce côté est situé bien en arrière du bord du rempart.
Je monte maintenant le CD 26 vers l'Entre-Deux, mais je n'irai pas là-haut aujourd'hui, je vais me contenter d'aller au Serré. Je vais tourner à gauche au chemin de l'Equerre pour redescendre vers Pierrefonds. A l'entrée de ce chemin, avant la courbe à gauche, il faut lever le regard vers le nord : c'est très curieux, de cet endroit, on peut distinguer à gauche le Grand Bénare, et au ras des premières crêtes (du Coteau Sec ?), le Nez de Boeuf (entre le col du Taïbit et les Trois Salazes). Ensuite, c'est la chaîne du Dimitile, et dans la percée entre la Crête du Bras Long et la Grande Jument, on aperçoit en arrière-plan un tout petit bout du Piton des Neiges ! Le chemin de l'Equerre va nous reconduire au CD 26, en aval du pont sur le bras de la Plaine.
Point de vue sur les Aloès
Mais avant, dans le tournant au début de la descente, après la petite montée vers l'école du Serré, se trouve un merveilleux point de vue sur le Bras de Cilaos et l'ilet des Aloès. A moins d'une dizaine de mètres de la route, en suivant le bord du champ de gros piments, vous avez une vue vers le lit du bras de Cilaos, au lieu-dit Les Aloès, célèbre autrefois, car lieu de départ des chaises à porteurs vers Cilaos, avant la construction de la route vers 1932. En haut, la coulée du Tapage, et l'église de la Rivière, tout en bas, à gauche, des serres, en face, des vergers qui grimpent à l'assaut du rempart. La route qui descend de la Rivière Saint-Louis est très fréquentée ce matin, et dans les deux sens. Il est vrai que c'est la fête des lentilles ! La descente continue puis on remonte lentement parmi les vergers : à droite, de vieux manguiers, déjà bien chargés, et tout du long du chemin, des jacquiers, et des arbres à pain, à gauche. Voici à gauche, sur la pointe, le relais de téléphonie mobile, et maintenant c'est la vue sur St-Louis, la pente s'accentue, et certaines maisons semblent accrochées, parfois en équilibre au dessus du vide... Voici maintenant un petit radier, un virage à droite, de belles maisons, des bananiers, puis des champs de haricots, des verts, en rames ... jusqu'au CD 26. Ici, c'est vraiment le royaume des haricots ! Nous voici sur l'autre côté de la pointe de l'Entre-Deux, côté bras de la Plaine : toujours de la peinture verte sur la chaussée, ce sont les marques d'un accident, des autos sans doute, mais attention à ne pas suivre les pointillés tracés, ils vous mèneront dans le décor ... pas très loin devant la chute d'eau de la centrale.
Le bras de Cilaos coule !
Je quitte maintenant le bras de la Plaine pour retrouver une nouvelle fois le bras de Cilaos. Le lit du bras de Cilaos, qui était parfois à sec, et vu d'en haut, de couleur crème, coule ce matin !
Les joints du pont métallique ont été refaits !
Je vais vers Pierrefonds, en passant le pont métallique sur le bras de la Plaine. Surprise, tous les joints ont été refaits, avec du petit gravier bitumé. Je ne sais qui il faut remercier.
Le canal St-Etienne
De l'autre côté, à la prise d'eau du Canal St-Etienne, beaucoup de monde, en maillot de bain, et de nombreuses tentes, et aussi beaucoup de "bruit", une musique forte que l'on entend déjà de l'autre côté du pont (alors que le bruit de l'eau dans le canal est si reposant !). Je passe devant le pas de tir des Archers de St-Pierre, vide, mais on entend les claquements d'armes à feu au pas de tir, juste après. Les trois vieilles cheminées veillent toujours sur la falaise curieusement érodée. Tiens, une fourgonnette bleue monte...
Je passe devant les carriers lorsque j'aperçois une silhouette connue qui vient à ma rencontre : c'est Richeville, avec une musette en bandoulière, qui marche d'un bon pas, depuis St-Pierre,  vers un rendez-vous de pique-nique avec son band' dalons, dans le fond de la rivière !
Pierrefonds
J'arrive à Pierrefonds : un détour par le chemin Cachalot et la plate-forme de réception des cannes, déserte bien entendu. Je longe le terrain de foot pour remonter vers le CD 26, le pont sur la quatre-voies et l'ancienne nationale 1. Et le vent se lève ! Je passe le 2è RPIMA,  la zone d'activités.  A hauteur de l'ancienne station d'épuration, il y a maintenant (depuis jeudi) un gros tas de terre d'un mètre de haut qui bloque l'entrée vers l'ancienne balance de la Saline, mais on a laissé un étroit passage plus bas, où les traces de deux roues sont déjà visibles ! je quitte la nationale pour aller directement vers la falaise de la pointe du Diable. Les pêcheurs sont nombreux, mais point de surfeurs à l'eau !
Le front de mer : à éviter !
Je suis le chemin jusqu'au parking de la grande surface, pour passer une dernière fois sur le pont du chemin de fer, sur la ravine Blanche, pour retrouver le front de mer. Après le rond-point des canons, les autos se font arrêter par une patrouille de la police, avec plusieurs voitures ... Ce sera le seul point de contrôle vu sur mon parcours. Quelques-uns semblent avoir se faire des soucis, ils vont regretter d'être sortis en auto aujourd'hui ! Mais combien d'épaves roulantes seront restées tranquillement au parking ce week-end ?



Posté par chiku974 à 13:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Opérations routes bleues ...

Nouveau commentaire